,

La morphologie du pied

Le pied parcours en moyenne 180 000 kilomètres dans une vie! Il est porteur de tout votre squelette et supporte le poids de votre corps sur 7 points d’appui : le talon, l’avant-pied (métatarse) et 5 orteils. Il est constitué de 26 os et de nombreux muscles et ligaments. Il peut revêtir des formes bien différentes, sans compter la disparité de ses orteils…chaque pied est unique !

Le pied  joue un rôle d’équilibre, d’amortisseur et de propulseur, c’est dire le nombre de services rendus. Il faut donc en prendre soin et le chausser correctement…«qui va loin ménage sa monture». Et pour trouver chaussure à votre pied, il faut apprendre à le connaître. C’est pourquoi nous vous proposons une petite séance de foot storming.

morphologie-du-pied

1 – La morphologie du pied

Identifiez la forme de votre pied

Il s’agit de noter le profil de votre pied : mince, large, à fort coup de pied, avec un avant particulièrement carré ?

Ces informations vous permettront de choisir des modèles plus adaptés. Les chaussants spécifiques sont indiqués sur les fiches techniques de nos produits (en particulier pour les chaussants étroits).

Si votre pied est mince, privilégiez les lacets. Les pieds larges ou carrés doivent éviter les formes effilées et préférer des lignes plus arrondies en cuir souple et avec un minimum de coutures.

Analysez vos orteils

Ils peuvent être de différentes formes et longueurs. Ils sont regroupés en 3 familles :

morphologie-du-pied

La forme des orteils intervient dans le choix d’un modèle de chaussures et celui de sa pointure.

Le pied carré ou romain représente 20% de la population. Il est souvent large et sera mieux chaussé dans des formes carrées ou arrondies.

Le pied grec (15%), fréquemment mince, sera plus à l’aise dans des formes effilées. La longueur du second orteil oblige, souvent, à prendre une pointure supplémentaire. Une paire de semelle permettra de caler le pied.

Le pied égyptien est assez facile à chausser…ouf, c’est le plus courant (65%) !

2 – Les types de foulée

Il faut également connaître votre type de foulée et identifier vos appuis afin d’optimiser le choix de vos chaussures. Ceci est primordial lors de la sélection d’un modèle de course à pied.

Le déroulement d’une foulée

La phase de contact entre votre pied et le sol comprend 3 étapes :

La phase d’amortissement (10% du contact)

Nous posons tout d’abord le talon au sol. Quand l’arrière du pied entre en contact avec le sol, le talon doit absorber 2 à 3 fois le poids du corps.

La phase d’équilibre (40% du contact)

C’est la phase de transition, ou de soutien, qui correspond au passage de l’arrière à l’avant du pied.

La phase de propulsion (50% du contact)

Ou phase de poussée. L’avant pied quitte le sol en exerçant une force de 2 à 3 fois le poids du corps.

La phase d’appui s’effectue de façon très différente selon les individus et leur morphologie : taille, poids, souplesse, puissance musculaire…

Les types d’appuis

On dénombre 3 types d’appui :

Type de foulee

Les pronateurs

Ils représentent environ 50 % de la population. Une légère pronation est normale. Sont considérés comme pronateurs, les individus ayant un appui intérieur excessif ou durant très longtemps.

Les universels

En moyenne, 45% de la population a un pied stable avec un appui à plat.

Les supinateurs

Ils sont plus rares, environ 5 % de la population. Leur appui s’effectue sur la partie externe du pied.

La nature de vos appuis sera déterminée précisément par un podologue. Vous pouvez également recourir à la technique « du pied mouillé ». L’empreinte laissée par votre pied vous aidera à comprendre vos appuis.

Vos chaussures usagées fournissent souvent de précieux renseignements en analysant les zones d’usure de la semelle, l’inclinaison du contrefort et les points de conflit entre le pied et la chaussure. Il sera intéressant de les faire analyser à un podologue ou à tout spécialiste de la chaussure de course.

type d'appui

Pour les pronateurs, la semelle extérieure est usée sur le bord externe du talon et le bord interne de l’avant pied.

Les pieds universels ont une semelle usée sur le bord externe du talon et au milieu de l’avant pied.

Les supinateurs usent les bords externe du talon et de l’avant pied.

Le contrefort des chaussures est incliné à l’intérieur pour les pronateurs et à l’extérieur pour les supinateurs.

Les fournisseurs de chaussures techniques ont mis au point des technologies visant à améliorer et corriger chaque type de foulée. Ils intègrent dans la semelle intermédiaire des matériaux visant à optimiser le contact du pied au sol, à amplifier l’amorti, le dynamisme, la propulsion et à assurer stabilité et soutien du pied.

Les marques ont également développé des procédés permettant de corriger nos défauts avec, par exemple, l’insertion d’un contrôle pronation sur certains modèles.

Il est bien évident que ces technologies rectifient des défauts modérés. Les pronateurs et supinateurs très désaxés doivent consulter un podologue afin de recourir à des semelles correctrices.

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] pas glisser votre 42 dans du 38. Pensez donc à choisir la bonne taille. Mais en fonction de la morphologie de vos pieds, le choix de la taille au-dessus peut vous offrir davantage de […]

  2. […] les chaussures doivent épouser la morphologie du pied de l’enfant, qui peut être large, menu ou longiligne. A cet âge, l’enfant peut porter aussi bien des […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *